Descriptif

MotorStorm Pacific Rift

MotorStorm en "vacances" à Hawaï !

Le premier MotorStorm, arrivé en même temps que la PS3, avait réussi à retenir l’attention des joueurs. En en reprenant les éléments majeurs, Pacific Rift nous emmène courir sous les tropiques…

Viens te frotter à mon MonsterTruck !

Petit rappel pour les non-initiés au premier volet, MotorStorm donne l’occasion aux joueurs de s’affronter aux commandes de véhicules très fun, sur des parcours aussi chaotiques que tape-à-l’œil. Allant de la moto à des véhicules plus lourds, en passant par des buggies et des quads, la principale nouveauté amenée est, ici, une catégorie camion, appelée MonsterTruck.

L’environnement de courses étant maintenant celui d’une île à la végétation luxuriante, ses éléments, tels les cascades, pics volcaniques et autres arbres abattus en plein parcours, en deviennent les principaux éléments à gérer en course.

La conduite demeure toujours typée très arcade, ce que d’aucuns pourront toujours accuser d’imprécision, et la classe MonsterTruck apporte un style de conduite où l’anticipation est de mise. Pour le reste, le principe de jeu et le rendu demeurent les mêmes, avec la possibilité de participer à des courses délirantes jusqu’à 16 en ligne. Les fans du premier devraient apprécier.

Langue: Français
Genre: Course, action
Nombre de joueurs: 1 à 16 (online)
Développeur: Evolution Games
Editeur: SCE
Pegi: 16+ 
Machines: PS3
Testé sur: PS3


+ Les décors bien réalisés, des crashs plus violents, la catégorie MonsterTruck
- Pas vraiment innovant…

La Note d'NRJ Léman:

 Descriptif

Mirror’s Edge

Jouer les filles de l’air, au sens propre du terme, c’est ni plus ni moins que ce que nous propose Mirror’s Edge des studios Dice, concepteurs du dernier Battlefield Bad Company. Pourtant, ici, rien de guerrier à l’horizon, mais plutôt un gameplay novateur qui magnifie le jeu de plates-formes à la première personne, dans des perspectives vertigineuses…

Les messagers du ciel !

Le synopsis du jeu nous plonge dans un futur proche, baignant dans un monde parfait qui semble droit sorti d’un roman. La population y a accepté un contrôle total des autorités, en échange d’une quiétude de vie hors du commun. Un groupe d’irréductibles, peu enclins à se laisser manipuler, a choisi de garder le contrôle de l’information. Une seule solution se présente à eux: passer par un service de coursiers un peu spéciaux. Ceux-ci doivent impérativement parcourir les toits des gratte-ciels, avec des capacités de Yamakkazi, pour délivrer leurs messages. Le joueur débute l’aventure sous les traits de Faith, dont la tête a été mise à prix depuis peu.

Après un parcours faisant office de didacticiel, permettant d’appréhender les mouvements de base entre les sauts, passages en équilibre et autres marches le long des corniches, on est surpris de découvrir que les seuls passages pour lesquels il est question d’armes sont liés au désarmement des adversaires. Quelques mouvements de combat sont présents et si, on peut effectivement utiliser l’arme d’un ennemi habilement subtilisée, il s'agit néanmoins de s’en débarrasser rapidement, puisque les capacités de sauts de notre jeune demoiselle sont largement réduites dès qu’elle transporte une arme.

Ce qui est vraiment nouveau ici, c'est le parcours d’un univers en 3d parfaitement réalisé, dans un gigantesque jeu de plates-formes à la première personne, où le joueur doit mener à bien sa mission tout en échappant à ses ennemis. Il faut se montrer habile dans ses sauts, réalisables simplement par le biais de peu de touches, mais avec un timing à respecter, sous peine de s’écraser 30 étages plus bas. C’est une véritable course folle, prenante et vertigineuse, que nous offre le titre, sans le moindre temps mort.

Un nouveau genre bienvenu.

Les inconditionnels de jeux de plates-formes en 2D attendaient sans aucun doute un jeu comme Mirror’s Edge, leur offrant un pendant tridimensionnel depuis belle lurette. Ils ne seront pas déçus, puisque le titre, bien que d’un genre nouveau, est doté d’une solide réalisation, avec de bons graphismes et une animation fluide. A découvrir absolument, à condition de ne pas souffrir de vertige.

Type: Plate-formes 3D/FPS
Editeur: EA
Développeur: DiCE
Age / PEGI: 16+
Plates-formes: Xbox 360, PS3, PC
Testé sur: PS3

Les +: L’originalité, la fluidité de l’action.
Les -: Un peu d’aliasing dans les graphismes.

La Note d'NRJ Léman:

 

 Descriptif

Command & Conquer: Alerte Rouge 3

Robots géants vs tank électriques

Le monde des jeux vidéo est des plus actifs mais regorge de suites ou d'adaptations plus ou moins heureuses qui donneraient le tournis à n'importe quel producteur de films à suite de l'industrie du cinéma. La série de Command & Conquer ne déroge pas à la règle et on se retrouve donc avec le numéro 3 de la série des Alerte Rouge.

Le scénario de ce nouvel opus est des plus loufoques, puisque les Soviétiques ont décidé que le seul moyen d’arrêter les Alliés étaient de revenir dans le temps pour tuer Albert Einstein et ainsi priver ces derniers de leur arme atomique. Mais ceci a pour effet de renforcer la puissance du Japon et on a donc droit à trois grandes nations (Alliés, Soviétiques et Japonais) prêtes à en découdre avec des armes pour le moins expérimentales, afin de gagner la Troisième Guerre mondiale. Les armées soviétiques tirent leur puissance de l'électricité, les Japonnais profitent de leur culture manga en incluant des robots de combat géants, quant aux Alliés, ils disposent d'un armement assez conventionnel mais tout aussi efficace.


Tous à l’eau!

Une fois lancé dans l’action, on oublie rapidement ce côté un peu ridicule du scénario pour être bluffé par la qualité des graphismes. On découvre vite des lieux permettant d'exploiter les ressources à disposition et on se lance dans l’action sans tarder, surtout qu’on baigne dans un univers qui n'est pas étranger aux amateurs de Command & Conquer 3.

La grosse surprise vient avant tout de la présence de l’eau. En effet, en plus de son aspect visuel des plus agréables, l’eau devient rapidement un emplacement stratégique fort utile pour construire sa base. On peut aussi compter sur toute une panoplie d’unités navales, permettant de contrôler le dessus comme les profondeurs de cet élément liquide.

Ceci relance l’intérêt du soft, car de petites unités paraissant inoffensives sur Terre prennent une toute autre dimension quand elles se trouvent dans l’eau. On peut aussi faire évoluer son armée, grâce à des facultés spéciales à acquérir tout au long du jeu. Bref, l'ensemble procure une saveur particulière à cet Alerte Rouge troisième du nom, et on se retrouve à assister à des combats terrestres et maritimes de grande intensité au rendu visuel agréable, les graphismes étant l’autre point fort du jeu.

Langue: Anglais, sous-titres en français ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?
Nombre de joueurs: 1 ou multijoueurs ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?
Développeur: Electronic Arts
Editeur: Electronic Arts
Pegi : 16+
Machines: Xbox 360, PC

+ Les bases marines, les graphismes.
- Un air de déjà-vu.

La Note d'NRJ Léman:

 Descriptif

Gears of War II


Les héros sont immortels…


La lutte reprend de plus belle !

Succès incontournable de l'année 2007, Gears of War se décline enfin en un second volet encore plus palpitant et avec une durée de vie prolongée, la guerre contre la menace extraterrestre étant toujours le nerf de ce jeu de tir à la troisième personne.

Des ennemis en bouclier humain !

Bien que visuellement parfait, avec des décors apocalyptiques laissant une plus grande liberté d’action, Gears of War II reçoit son lot d’agréments. On peut maintenant se servir d’un ennemi, un gros mille-pattes, mis au tapis tel un bouclier face aux tirs des horribles Locustes et autres créatures pimentant le jeu. Les armes, aux côtés de la redoutable tronçonneuse, y sont plus nombreuses, notamment dans le mode Live. Les joueurs peuvent maintenant être sauvés par les autres personnages, en cours de partie, face à des créatures extraterrestres plus variées et intelligentes et inversemement, car, pour progresser, vous devrez non seulement survivre, le plus souvent grâce aux rafales de balles que vous envoyez, mais aussi garder votre équipe en vie, quitte à devoir ranimer les troupes sur le champ de bataille.

A plusieurs, c’est encore mieux...

Distillant une action de tous les instants, ce titre déjà survitaminé se veut encore plus riche, puisqu’offrant maintenant un mode de jeu appelé Horde, jusqu’à cinq en ligne, dans une arène, face à des vagues de redoutables assaillants. Vous aurez ici, avec vos compagnons d'infortune, à repousser, au total, une vague de 50 attaques, décomposée en salve de dix assauts par tour, devenant à chaque fois de plus en plus difficiles. Dans ce mode, il faudra aussi vous rassembler, car tirer à tout va ne sera pas suffisant. L'union fait la force! Attention, toutefois, à repérer, sur la carte, l'emplacement des caisses de munitions, car sans elles, mener à bien vos missions sera fortement compromis.

Un horde sauvage de toute beauté !

Vous l'aurez compris, Gears of War II est une véritable perle, parfaitement réaliste, offrant un défouloir dantesque auquel les amateurs de jeux de tir ne devraient couper sous aucun prétexte. Le jeu est toutefois destiné à un public de joueurs avertis et majeurs, certaines scènes pouvant se révéler choquantes.


Type: FPS, action
Editeur: Microsoft Games
Développeur: Epic Games
Age /PEGI: 18+
Multijoueurs: 1 à 5
Sortie: 7 novembre 08
Plates-formes: Xbox 360
Testé sur: Xbox 360

L'Avis d'NRJ Léman:

 Descriptif

Siren Blood Curse

Plutôt chaud comme générateur d’effroi !

Après l’excellent Forbiden Sirens sur PS2, c’est au tour de la next gen de Sony d’accueillir son survival horror de la série, doté d’un scénario obscur et morcelé, où le joueur navigue entre émotions et rencontres glauques, tout en essayant de reconstituer un puzzle improbable…

La tension monte !

Le titre nous plonge d’emblée dans l’ambiance, avec des graphismes de bon niveau sachant parfaitement tirer parti d’une pénombre quasi omniprésente. Cette aventure, digne d’une simulation de désordre psychique, nous fait prendre part à une suite d’épisodes, proches d’un cauchemar éveillé. Incarnant tout d’abord un étudiant américain un peu perdu dans le village japonais d’Hanuda, où se passent d’étranges événements, le joueur sera, par la suite, amené à incarner d’autres personnages, ayant chacun différentes capacités.

On pourra s’équiper d’armes ou d’objets pour se défendre, suivant les passages et personnages, et il s'agira simplement d'éviter de faire le moindre bruit pour s’échapper d’un hôpital, sous les traits d’une petite fille. Avec un fond sonore collant parfaitement à l’ambiance et des dialogues en anglais et japonais parfaitement sous-titrés en français, Siren Blood Curse parvient indéniablement à générer de l’effroi chez le joueur, échappant, le plus souvent, à des sortes de zombies ou créatures s’en rapprochant.

Une part intéressante du gameplay est celle où l’on pourra percevoir ses ennemis de façon originale, puisque chacun des personnages incarnés possède un don pour pressentir ses adversaires et même pour voir par leurs yeux grâce à un système d’écran splitté assez réussi, même si la caméra ne se révèle pas parfaite. La découpe en épisodes, proches d’un format télévisuel, avec un rappel des précédents à chaque nouveau passage, et le fait d’incarner à chaque fois des personnages différents, tient le joueur en haleine. L’action ne met jamais véritablement le joueur en position de héros, et cette impression de subir des forces venues de l’étrange, avec comme seule alternative une fuite déjà diablement courageuse, lui donnent une saveur mystérieuse et prenante.

Mais où sont mes cachets ?

Réunissant bon nombre d’éléments très immersifs, Siren Blood Curse nous offre un survival horror à la sauce japonaise, volontairement vu au travers d’une caméra des années 70 du plus bel effet. Seules sa difficulté et une certaine rigidité lors des phases de tir lui sont imputables, mais l’ambiance générée permet de passer l’éponge. A voir sans détours, en poussant le volume, toutes lumières éteintes…

Langue: Anglais, japonais, sous-titré en français
Genre: Horreur
Nombre de joueurs: 1
Sortie: Disponible
Développeur: Sony
Editeur: Sony
Pegi: 18+ 


+ L’ambiance globale à glacer le sang.
- La caméra de suivi lors des phases de tir.

L'Avis d'NRJ Léman:

 Descriptif

LittleBigPlanet


Incarnez Sackboy et construisez des mondes merveilleux.

Fraîchement débarqué dans nos vertes contrées, le blockbuster annoncé de Sony, LittleBigPlanet , attendu comme le jeu OVNI de l'année, tient toutes ses promesses et va ravir tous les possesseurs de PS3, dont cette première production de Media Molecule sort en exclusivité

Ici, vous plongez dans un monde féerique, très coloré, où tous les objets et les décors peuvent servir à la progression de votre aventure. Mais avant de le découvrir, vous allez devoir personnaliser Sackboy, votre personnage, une petite poupée de chiffon, toute frêle et tellement drôle. L'occasion de lui coller des oreilles de lapin et d'autres éléments, récupérés plus tard dans l'aventure, offre beaucoup de plaisir au jeu, sans toutefois interagir sur votre progression.

De l'imagination à revendre?

LBP est un jeu stratégique de plates-formes 3D à l'horizontale, qui peut se vanter d'être totalement original et de faire appel à votre imagination. La progression se fera à votre rythme, sans trop de pression, car aucune limite de temps n'est imposée, hormis quelques petites épreuves. Le jeu comporte un total de 50 mondes différents, sans compter les tableaux que vous pourrez créer vous-mêmes via votre «QG», avec, entre autres, les pièces gagnées durant le jeu. Car, assurément, LPB est un jeu prévu pour le online, où les tableaux créés par les joueurs peuvent se partager via le Playstation Network. Cette approche constitue l'un des atouts majeurs du titre et offre une durée de vie presque infinie. La possibilité, via la Webcam PS3 (celle de la PS2 est également compatible), de prendre vos propres photos et de les intégrer ensuite dans le niveau du jeu que vous vous efforcez à passer est jubilatoire.

Pousser, sauter, casser, créer pour avancer.

En termes de gameplay, LBP fait donc très fort, en offrant une grande liberté d'action et la possibilité d'appliquer différentes stratégies pour passer une étape. Car ici, vous avez plusieurs options pour passer le même niveau. Mais avant de progresser, il vous faudra être patient, tester, casser, pousser des objets et autres éléments de décors, avant de comprendre le fonctionnement du jeu et d'obtenir les clefs de la réussite. LBP s'efforce de vous faire assimiler les lois de la physique, car sans l'acquisition des concepts de la gravité et de l'impact du poids des objets sur d'autres, il vous sera difficile d'avancer. La possibilité de faire voler votre personnage, pour qu'il ait un vue globale des maps, est tout bonnement géniale.

Sans conteste l'un des jeux les plus intéressants de cette année, cette folie vidéoludique est à partager avec toute la famille, avant de s'ouvrir au reste du monde, qui n'attend plus qu'à juger de votre imagination et vos compétences. Un régal!

Type: Plates-formes 3D, stratégie
Editeur: Sony Computet
Développeur: Media Molecule
Age / PEGI: +7
Multijoueurs: Oui
Sortie: Disponible
Plates-formes: PS3
Testé sur: PS3

L'Avis d'NRJ Léman:

  Descriptif

FABLE II - Une épopée onirique !


Attendu depuis de nombreuses années et dépeint comme le Messie par son créateur, Peter Molyneux, Fable II mêle action et jeu de rôles, dans un univers fantaisiste immense et complexe rappelant, par certains aspects, celui du Seigneur des Anneaux. Les fans du premier volet vont enfin pouvoir le découvrir.

Je serai un héros.

Entre escarmouches et quêtes, l’aventure y est le quotidien d’un gosse, qui rêve d’habiter le grand château qu’il aperçoit au loin depuis son petit village…

Bien que doté d’un scénario qui peut être perçu comme classique dans le genre, c’est l’attitude du joueur qui influence, à chaque instant, la suite des événements, créant un nombre bien plus élevé d’imbrications entre personnages rencontrés en avancement personnel que dans les jeux de rôles révélés jusqu’ici. Autrement dit, on y fait son histoire en choisissant de remplir des quêtes et sous-quêtes, la notion de bien ou de mal y étant floue et laissée au bon vouloir de chacun dans le choix des attitudes à adopter, finissant par déterminer le véritable caractère du personnage. Ce dernier est loin d’être seul, puisqu’en plus des personnages non jouables rencontrés à Albion et qu’il convient de questionner de façon classique pour un RPG, il se promène avec un fidèle toutou, reniflant pour lui les trésors et le mettant en garde contre les attaques. Ce compagnon de parcours s’avère souvent des plus précieux, agissant tantôt comme un baromètre, tantôt comme aide lors des affrontements, et découvrant même quelques coffres au passage. Les combats sont gérés de façon dynamique, livrant une action de bonne facture rythmant bien les phases de recherche et d’exploration. Lors de ces dernières, les joueurs les plus pressés et ne désirant pas réaliser les quêtes annexes peuvent se laisser guider par une traînée étoilée leur indiquant le chemin à suivre. Un mode de quête en coopération en ligne avec un ami d’aventure est possible, afin de partager ces instants magiques, incluant une gestion des compétences n’hypothéquant pas celles acquises en mode solo.

En passe de devenir une référence.

Pourvu d’une grande liberté d’action dans un univers chatoyant aux graphismes soignés et peuplé d’étranges créatures, Fable II est doté d’une réalisation à la hauteur des promesses qui avaient été faites durant toutes ces années. La touche d’humour rencontrée en cours de jeu, ainsi que l’importance des attitudes que l’on choisit de prendre en réaction aux situations les plus diverses, y apportent une sensation de liberté d’un genre nouveau, qui plus est influençant le cours de l’histoire dans son déroulement. Un titre à ne pas manquer.


Type: Action, RPG
Editeur: Microsoft Games
Développeur: Lionhead Studios
Age / PEGI: 16+
Sortie: Disponible
Plates-formes: Xbox 360


+ Une grande liberté d’action influençant l’aventure.
- Un mode assisté à éviter, réduisant trop la durée de vie.

L'Avis d'NRJ Léman:

 Descriptif

My Sims Kingdom

De la porcherie à la grande aventure!

Vous voilà projeté dans la peau d'un éleveur de porcs, qui, bien entendu, rêve de quitter ces lieux peu reluisants et de vivre une aventure peu commune.
Alors que My Sims vient d'être adapté de la Wii sur PC et DS, Electronic Arts remet le couvert avec ce second opus. Succès planétaire oblige, My Sims Kingdom annonce une nouvelle franchise exploitable à souhait, pour notre plus grand bonheur.

On parle même d'une future adaptation à la télé sous forme de courts dessins animés. Sensiblement amélioré graphiquement, comprenant plus d'éléments de décors que son prédécesseur, avec gameplay, My Sims Kingdom ne change pas vraiment dans sa globalité. A l'aide notamment de la Wiimote, qui vous sert de pioche, il vous faudra, une fois encore, trouver des essences - la matière première - pour construire des objets, des meubles, ainsi que des habitations.

C'est en parcourant les îles du royaume, toutes différentes les unes des autres, comme, par exemple, Cowboy Junction, qui vous plonge dans le Far West, que votre quête trouvera son aboutissement. La possibilité de se parer de costumes propres à chaque îles offre encore plus de fun. Avec ses décors tout mignons et son ambiance bon enfant, le jeu trouvera assurément sa place auprès des amateurs de simulations de vie et de la gent féminine.

Langue: Français
Genre: Simulation de vie
Sortie: Disponible 
Développeur: Electronic Arts
Editeur: Electronic Arts
Pegi: 3+ 
Disponible sur: Wii


+ L'ambiance bon enfant du jeu.
- Pas beaucoup de changements par rapport à My Sims.

L'Avis d'NRJ Léman:

 Descriptif

Fallout 3

Le monde après l’Apocalypse!

L'Apocalypse a eu lieu: ravagée par une guerre nucléaire, la Terre n'est plus qu'un pâle reflet d'elle-même, où tout n'est plus que chaos et anarchie. Dans ce milieu de désolation, notre héros doit se frayer son chemin entre décombres et diverses créatures mutantes toutes plus belliqueuses les unes que les autres. La première chose qui frappe est évidemment la qualité des graphismes. Voir un monde détruit où les ruines règnent en maître, au niveau architectural, avec une telle qualité, d'un point de vue de la modélisation, fait froid dans le dos. Pour avancer dans l'histoire, on a la possibilité de se téléporter d'une zone à l'autre ou également de se mettre en mode attente, afin de faire avancer le temps. Un petit coup d'œil à notre PIP nous donne les indications nécessaires à propos de notre inventaire et nos facultés, tandis qu'on dégomme des robots et des bestioles cauchemardesques à tout va. Au fur et à mesure des combats, on engrange des points d'aptitude, permettant de faire progresser son personnage selon des classes précises, telles que la furtivité ou l'habileté, ces premiers n'étant pas le seul moyen de gagner des points et de sauver de pauvres innocents, mais également un bon moyen de progresser.



Langue: Anglais, sous-titres en français
Nombre de joueurs: 1
Sortie: 31 octobre 2008
Développeur: Bethesda Game Studios
Editeur: Bethesda Softworks
Pegi: 18+
Machines: PS3, Xbox 360, PC


+ Un monde prenant.
- Un système de jeu datant des premiers shooters.

L'Avis d'NRJ Léman:


 Descriptif

Far Cry 2

La brousse en feu !

Ce second volet de Far Cry, attendu presque fébrilement par tous ceux qui avaient logiquement apprécié le premier opus, se déroule en territoire africain, sur une aire de jeu fictive modélisée représentant 50km2. Avec, pour toute aide, une boussole et une carte, notre héros, sélectionnable parmi 6 caractères différents, devra affronter deux factions en place. Avec une gestion des conditions climatiques en temps réel, la possibilité de bouter le feu à l’environnement ainsi que des soins à s’administrer, comme l’extraction d’un balle ou un traitement antimalaria, le FPS d’Ubi se veut réaliste et agréable à jouer.



Type: FPS
Nombre de joueurs: 1
Editeur: Ubisoft
Développeur: Ubisoft Canada
PEGI: 16+
Sortie: Disponible
Machines: PC, PS3, X360

 Descriptif

Moto GP 08 – Xbox 360

Capcom ressort les bécanes pour cet hiver!


Forts de la licence officielle du championnat du monde de grands prix moto, Capcom a prévu un opus pour la fin de cette année, qui vous permettra de revivre tous les grands prix 2008, tranquillement assis dans votre canapé, alors que votre bécane hiberne gentiment dans son box. Se prendre pour Valentino Rossi ou encore Thomas Lüthi, sans risquer de s’exploser le col du fémur au premier virage?

Voilà le principal avantage de Moto GP 08, auquel il faut ajouter un nombre impressionnant de pilotes et motos officiels, divisés en 3 catégories: 125, 250 et la catégorie reine, Moto GP. Le jeu est également partagé en 3 niveaux de difficulté, Arcade, Intermédiaire et Simulation, en fonction de votre niveau.

Une fois le jeu lancé, les graphismes apparaissent comme étant de très bonne facture, avec un rendu de vitesse plutôt impressionnant. Le réalisme est accru par les sponsors figurant sur les motos, ou encore par les casques «officiels» des différents pilotes présents dans le jeu. Bien entendu, le but est d’aller taquiner les meilleurs pilotes mondiaux et d’engranger un maximum de victoires, afin de faire évoluer votre monture et votre personnage. Notons la présence d’un mode multijoueurs pour les versions Xbox 360, PS3 et PC.


Langue: Anglais
Nombre de joueurs: 1
Sortie: 4e trimestre 2008
Développeur: Capcom
Editeur: Capcom
Pegi: 3+
Machines: Xbox 360, PS3, PS2, PC, PSP, Wii

+ La licence officielle.
- L'originalité.


L'Avis d'NRJ Léman:

Météo

Bassin lémanique

0°C | 7°C

Partiellement nuageux. Maximales : 7 ºC. Vents SO et variables.

Voir la météo de la région ...

Découvre les artistes