Présent la nuit du décès de Johnny Hallyday pour lui donner l’extrême-onction, le père Alain de la Morandais sort ce 14 mars ses mémoires. Un livre dans lequel il raconte comment Laeticia l’a doublé pour l’organisation de l’hommage du Taulier, faisant fi des obsèques de Jean d’Ormesson…

Le 6 décembre 2017 reste une date marquée au fer rouge dans toutes les mémoires des fans de Johnny Hallyday. C’est ce jour-là qu’au réveil, la France a appris la mort de l’idole des jeunes. Décédé la veille au soir, le rocker a rendu son dernier souffle au sein de son domicile de Marnes-la-Coquette, entouré de ses proches. Annoncée par un communiqué vibrant rédigé à quatre mains celles de Laeticia, la veuve et de Sébastien Farran, le producteur de Johnny , cette disparition est encore et toujours sujette aux conversations et polémiques, surtout depuis la mise en lumière du testament de la star sur lequel ses deux premiers enfants, Laura et David, n’apparaissent pas. Et si l’image de l’épouse de Johnny a été ternie ces derniers mois, les révélations d’Alain de la Morandais dans son livre vont très certainement enfoncer un peu plus le clou.

Très connu des médias, le père Alain de la Morandais dévoile ce 14 mars Jouer le jeu avant la dernière partie, ses mémoires publiées aux éditions Presses de la Renaissance. Un livre qui recèle d’anecdotes et dont les bonnes feuilles ont été dévoilées par l’Express, ce 13 mars. Lui, qui a cotoyé un bon nombre de personnalités publiques au cours de sa vie, n’a pas oublié de faire figurer dans son ouvrage l’histoire qui entoure la mort de Johnny Hallyday. L’homme d’église a été appelé dans la nuit afin de donner l’extrême-onction au Taulier. « Nuit du 6 décembre 2017. Il est 2 heures du mat’, je suis encore réveillé lorsque le téléphone sonne. Le Pr Khayat m’annonce la mort de Johnny et me demande de venir à la maison du chanteur. Taxi. Marnes-la-Coquette. Barrages de police. Courtoisie », a écrit l’auteur dans son journal. Et de décrire une Laetitia « effondrée » qui est « comme une feuille d’automne toute tremblante. » « Dans sa chambre, le gisant est couché, la tête bandée, menton relevé comme un Christ de Mantegna. Des femmes veillent. Elles se retirent et je me mets à genoux, recueilli. Le manager est là, silencieux, larmes aux yeux. Après le silence, je célèbre les onctions, en expliquant à mon veilleur la signification du rite. » Une terrible nuit, qui s’est suivie par un manège très peu agréable pour Alain de la Morandais.

Pourquoi l’hommage Johnny ne devait pas avoir lieu le 9 décembre à la Madeleine

Après avoir célébré l’extrême-onction, l’homme d’église rejoint Laeticia qui lui fait une confidence. « Laeticia me dit : "Il souhaitait être enterré à Saint-Barth… mais on va faire quelque chose avant à Paris. Il faut nous aider" », raconte-t-il. « Bien sûr. Pas cette semaine puisque l’enterrement de Jean d’Ormesson est prévu vendredi aux Invalides… Le mieux serait Saint-Eustache : c’est grand, une référence musicale, le curé est accueillant, il y a beaucoup de parkings autour. Ou alors, à Bercy ? », lui aurait-il alors répondu. Et alors que la veuve lui avait promis de le rappeler « dans la journée », le curé affirme qu’il n’en est rien, et qu’il a donc pris connaissance de l’hommage de la Madeleine par la presse.

« Jeudi 7 décembre. Carl, chauffeur et garde du corps de Johnny, en me raccompagnant à mon taxi à la sortie de la résidence des Hallyday, m’avait promis de me rappeler. Rien. Des rumeurs de médias me rapportent un projet d’enterrement à Notre-Dame de Paris, puis à la Madeleine. Ce samedi. Je me décide à l’appeler : propos confus et un peu contradictoires, gênés, dont il ressort que le corps serait enlevé et déposé aux aurores au mont Valérien… Et un enterrement samedi », relate le père de la Morandais dans ses mémoires. Lui qui avait été sollicité par Laeticia en personne pour l’aider à organiser l’événement, commence donc à perdre pied. « "Je vais aux nouvelles auprès de la patronne et vous rappelle. Peut-être tard dans la nuit", me glisse [Carl, le chauffeur] […] La nuit arrive, Carl n’appellera pas. » Finalement, la cérémonie aura donc bien lieu à la Madeleine, et pas à Saint-Eustache, et cela le 9 décembre, lendemain des obsèques de Jean d’Ormesson.Une nouvelle histoire mettant en lumière le caractère très affirmé de Laeticia Hallyday.

Météo
Découvre les artistes