Le Français s'est produit sur la grande scène de Tomorrowland Winter à l'Alpe d'Huez…

Si le festival a officiellement démarré sa première édition samedi 9 mars 2019, c’est réellement quatre jours plus tard que toutes les scènes ont été ouvertes aux festivaliers. Nous avons passé la soirée devant la Grande scène. Nos impressions.

En ouverture, Henri PFR a très vite rassemblé un large public. Les remix version électronique, d'anciens tubes de tous styles, du jeune Belge de 23 ans ont fait mouche.

L’atmosphère de cet événement hors normes, 25’000 festivaliers de 94 nationalités différentes, est montée d’un cran avec le surprenant Salvatore Ganacci. Son passage à Tomorrowland en 2018 avait marqué les esprits. A l'Alpe d'Huez, il a aussi fait le clown, mais nettement moins qu'en Belgique.

A 19 heures, le duo Vini Vici était censé prendre le relais. Pour des raisons non connues, seul Aviram Saharai est arrivé derrière les platines. Durant son set, l’Israélien a notamment fait vibrer la foule avec un remix de «Firestarter» de The Prodigy, hommage au chanteur Keith Flint décédé il y a peu. A la fin du show, cette première grosse soirée est déjà un succès tant le public est réceptif. Aucun temps mort, un feu d’artifice a été tiré depuis la grande scène et Afrojack s’est pointé.

Le Néerlandais a d'abord bien tabassé pour marquer son territoire avant de revenir à des sonorités plus commerciales. Pendant ce temps, la météo s'est rafraîchie considérablement.

Dernier artiste programmé sur la grande scène et pas des moindres, DJ Snake. Le Français a interagit avec son public de nombreuses fois. Au micro il a expliqué qu’il «jouait à domicile et qu’il allait foutre le bordel»: chose réussie avec des titres comme «Propaganda» et son tube planétaire «Taki Taki». Sa prestation s'est terminée sur la Marseillaise chantée par un public survolté qui en avait pris pleins les yeux (et les oreilles) durant cette première grosse soirée.

Météo
Découvre les artistes