A quelques mois de la tournée événement du girls band, son manager a tenu des propos surprenants…

Simon Fuller, qui gère la carrière des Spice Girls depuis la création du groupe en 1994, a le sourire. Les treize live de ses quatre protégées (la cinquième, Posh Spice, a refusé de remonter sur scène) au Royaume-Uni et en Irlande, en mai et juin 2019, affichent complet.

Le succès de cette tournée, la première depuis 2007, a-t-il des effets sur la popularité du groupe sur les nouvelles plateformes? Le manager a livré une réponse surprenante: «Les chiffres du streaming et des réseaux sociaux n'ont aucun sens. Je ne les regarde pas. Je pense qu'ils doivent être très faibles.» Pour celui qui a également été le mentor d'Amy Winehouse, le numérique, ce n'est que de la poudre aux yeux. «Des groupes comptent plus de 100 millions d'abonnés sur Instagram et ne remplissent pas une salle de 20'000 places. Ils ne gagnent rien de significatif avec tout ça. C'est impressionnant pendant une seconde, puis ça disparaît», a argumenté le quinquagénaire.

Reste que sur Spotify, les chiffres des Spice Girls, qui n'ont pourtant plus sorti d'album original depuis 2000, ne sont pas ridicules. Leur tube «Wannabe» a été streamé plus de 303 millions de fois. Et le groupe est écouté en moyenne par 6,6 millions de personnes différentes chaque mois.

Météo
Découvre les artistes