Annoncé il y a quelques semaines, Bayonetta 3, tout comme son prédécesseur, sera une exclusivité Nintendo. Pour trouver la raison à cela, il ne faut pas chercher bien loin : tout est une question de financement et de droits, Big N étant intervenu au bon moment pour sauver Bayonetta 2.

 C'est depuis longtemps devenu une habitude chez lui : le développeur Hideki Kamiya s'est exprimé longuement dans une série de messages sur Twitter, au sujet de la franchise Bayonetta cette fois-ci. Il explique ainsi que le premier épisode, développé à la base pour la Xbox 360 puis finalement sorti en même temps sur PS3, avait été financé par Sega. À l'époque, PlatinumGames venait juste de naître et n'était pas équipé pour développer sur plusieurs plateformes. Depuis, le jeu est sorti sur PC en 2017 et il verra le jour sur Nintendo Switch dans trois jours, des décisions prises par Sega qui a toujours les droits d'exploitation de la licence.

Pour Bayonetta 2, c'est une autre histoire. Il devait d'abord sortir sur plusieurs plateformes, mais avec le seul financement de Sega, le projet battait de l'aile. Nintendo est venu à la rescousse en injectant de l'argent, et les deux éditeurs ont décidé conjointement que le jeu serait finalement développé pour la Wii U uniquement. Quant à Bayonetta 3, il a été décidé dès le départ que le jeu serait financé entièrement par Nintendo, et que sans leur aide, il n'existerait pas. Autrement dit, Sega se contente d'autoriser Nintendo à exploiter la licence, Big N ayant le dernier mot sur les plateformes sur lesquelles les jeux sortent. Hideki Kamiya, directeur sur le premier opus et superviseur sur le second, précise enfin que "cela a mis du temps pour que la production de Bayonetta 3 soit OK".

Les nouvelles entrées de la franchise Bayonetta ne sont donc pas près de voir le jour ailleurs que sur consoles Nintendo. Rappelons que Bayonetta 1 et 2 sortent le 16 février sur Nintendo Switch.

 

Météo

Bassin lémanique

4°C | 12°C



Voir la météo de la région ...

Découvre les artistes