Dans un communiqué relayé par le site BFM Business, la direction de Micromania-Zing est venue couper court aux rumeurs de fermetures qui ont enflé cette semaine.

 Le 30 janvier dernier, le leader mondial de la distribution de jeux vidéo GameStop (près de 7000 points de ventes dans le monde) a annoncé avoir échoué à trouver un repreneur. Propriétaire de Micromania-Zing depuis 2008, le groupe américain est en déclin depuis quelques années et accuse aujourd'hui une dette de 815 millions de dollars. Dans le sillage de cette annonce, l'avenir de sa filiale française est devenu un sujet de préoccupation. La direction se montre toutefois rassurante, en l'affirmant clairement : aucune fermeture de magasins en France n'est actuellement prévue.

 "L'annonce de GameStop, notre propriétaire, n'a pas d'incidence sur (nos) projets, ni sur la poursuite des activités de nos magasins Micromania-Zing, ni sur nos clients. Nous restons une entreprise rentable, concentrée sur l'investissement dans notre activité principale de jeux vidéo et de produits dérivés, et sur l'expérience de nos clients dans nos magasins. Laurent Bouchard, directeur général de Micromania."

En 2017, Micromania, entreprise spécialisée dans la vente de jeux vidéo depuis sa création en 1983, a opéré un virage en fusionnant avec Zing, une enseigne dédiée aux produits dérivés sous licence issus des univers de la pop culture. Une stratégie payante selon la direction, qui "offre de nouvelles perspectives de développement et se traduit déjà par une augmentation significative des revenus des produits dérivés". Aujourd'hui, Micromania-Zing est le premier employeur dans l'univers du jeu vidéo en France avec plus de 1500 collaborateurs et près de 430 points de ventes répartis dans tout l'Hexagone.

 

Découvre les artistes