Alors qu’il est attendu pour le 10 août prochain, Madden NFL 19 est déjà disponible depuis hier via EA Access et Origin Access. Depuis quelques heures, le nouveau Madden fait beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux, et malheureusement pour son éditeur, ce n’est pas pour ses qualités.

 Vous ne connaissez peut-être pas le nom de Colin Kaepernick mais aux Etats-Unis, le joueur des 49ers de San Francisco est devenu, en quelques semaines, une véritable icône… et un sujet de discorde nationale. En guise de protestation contre les violences subies par les Afro-américains partout à travers le pays, Kaepernick avait choisi de ne pas se lever durant l’hymne américain, et au contraire, de mettre un genou à terre. Une forme de contestation pacifique, qu’il avait ensuite expliqué aux journalistes avec des mots plus durs : « Je ne me lèverai pas pour montrer ma fierté pour le drapeau d’un pays qui oppresse les personnes noires, et les personnes de couleur. C’est plus grand que le football, et il serait égoïste de ma part de regarder dans une autre direction. Il y a des cadavres dans la rue, et il y a des gens qui sont payés et qui s’en tirent alors qu’ils ont un meurtre sur les mains. » D’autres joueurs avaient alors suivi l’exemple de Kaepernick. Mais cela n’avait guère plus aux instances de la très conservatrice ligue de football américain, pas plus qu’au Président Donald Trump, qui a plusieurs reprises avait violemment pris à parti les joueurs qui refusaient de se lever durant l’hymne américain, appelant la NFL à licencier tout joueur qui imiterait Kaepernick.

Quoi qu’il en soit, l’affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis, et de nombreuses personnalités américaines avaient pris position sur le sujet, notamment des sportifs. De nombreux fans de foot US avaient également réagi et pas nécessairement dans le sens des protestataires. En 2017, et malgré le fait qu’il soit l’un des meilleurs joueurs de la ligue, Kaepernick s’était soudainement retrouvé sans emploi, alors que son précédent contrat avec les 49ers avait expiré.

Si l’on vous parle aujourd’hui de tout ceci, c’est parce que depuis hier, Colin Kaepernick fait à nouveau parler de lui, et cette fois à travers le jeu Madden NFL 2018. Car son nom, présent dans les textes de la chanson "Big Bank" du rappeur YG, a été censuré, de la même manière que plusieurs insultes que l’on peut normalement y entendre. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir les fans et enflammer la twittosphère. De nombreux gamers, y compris des joueurs de NHL ou de NBA, ont vivement critiqué Electronic Arts et fait entendre leur volonté de ne pas acheter Madden NFL 19 à sa sortie. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir l’éditeur, qui a présenté ce matin les excuses suivantes :

"Nous avons commis une malheureuse erreur avec notre bande-son de Madden NFL. Les membres de notre équipe ont confondu le fait que, si nous n’avons pas le droit d’inclure le nom de Colin Kaepernick dans le jeu, cela ne concerne pas la bande-son. Nous avons fauté et cette modification n’aurait jamais dû se produire. Nous ne voulions manquer de respect à qui que ce soit, et présentons nos excuses à Colin, à YG, à Big Sean (qui apparaît en featuring sur la chanson, NLDR), à la NFL, à tous leurs fans et à nos joueurs pour cette erreur."

Excuses acceptées ?

Les joueurs commencent à réagir aux excuses d'Eletronic Arts, et certains d'entre eux ont pointé du doigt le fait que le nom de Colin Kaepernick avait également été censuré dans Madden NFL 18, cette fois dans la chanson "Bars of Soap", de Mike WiLL Made-It. Autant dire que la plupart d'entre eux ne croient pas à une coïncidence.

 

 Faire de la franchise Crackdown une figure de proue du catalogue Microsoft est un défi en soi et le troisième épisode au développement chaotique ne plaide pas en faveur de cette itération repoussée à février 2019. Mais le Managing Director de Sumo Digital justifie ce choix et argumente en faveur de ce report.

 Lors d'une interview accordée par Paul Porter à nos confrères de Gamesindustry.biz, ce dernier s'est confié sur l'avenir du projet. Conscient de la réception extrêmement mitigée du second volet par les fans, le Managing Director assure que les studios derrière ce nouvel opus prennent une voix bien différente et donnent tout leur possible pour créer un bon jeu :

 "Je suis désolé, mais comme vous le savez, la date de sortie a été repoussée, confirmée en février l'année prochaine, et c'est une bonne nouvelle, car cela nous donne le temps de peaufiner un jeu qui est pratiquement terminé, pour le rendre meilleur encore et encore. Finir un jeu, le finir à nouveau, le finir une nouvelle fois... voici la façon de faire les meilleurs jeux. C'est ce que nous faisons avec Crackdown 3. - Paul Porter (Managing Director pour Sumo Digital)".

Crackdown 3 sortira sur PC et Xbox One le 22 février 2019.

 Son annonce lors de l'E3 2015 au cours d'une conférence Sony menée tambour battant et jalonnée de révélations avait fait trembler les fans de RPG japonais. Final Fantasy VII Remake n'était plus un rêve, mais bel et bien une réalité. Trois années plus tard, le projet de Square Enix reste sur de nombreux points mystérieux et soulève bien des questions.

 Les changements d'équipe et de directeur opérés en mars 2017 par la firme japonaise ne présageaient rien de bon. Selon Tetsyua Nomura, le projet a été dévoilé trop tôt ajoutant ainsi une pression grandissante sur les épaules de l'éditeur et des équipes en charge. Nous savons de source sûre que ce FFVII Remake est entré en phase de développement, mais Square Enix reste avare en informations quant à la vision du projet.

 Cependant, une offre d'emploi de VFX Designer mise en ligne par l'éditeur dernièrement nous informe des intentions de ce dernier et décrit le futur jeu de rôle comme un jeu d'action - terme employé au Japon pour désigner également les Action RPG. Si l'oeuvre d'origine était un RPG au tour par tour, nul doute que ce remake cèdera à l'appel de l'action (tout du moins lors des combats)... un virage pris par Square Enix depuis plusieurs épisodes sur la franchise.

Final Fantasy VII Remake sortira à une date encore inconnue sur PlayStation 4 et Xbox One d'après les informations dont nous disposons à l'heure actuelle.

 La Horde poursuit sa marche vers Darnassus et l'arbre Teldrassil, foyer des Elfes de la Nuit, dans le chapitre 2 de la Guerre des Épines. Celui-ci est désormais jouable dans World of Warcraft.

 Malgré les efforts déployés par Malfurion Hurlorage, les défenses de l'Alliance s'effritent face à la folie de Sylvanas Coursevent. Désormais placée à la tête de la Horde, la Reine Banshee compte bien mettre le feu à l'arbre Teldrassil. Les joueurs de niveau 110 peuvent dès à présent découvrir ces évènements par le biais d'une série de quêtes, proposées pendant une durée limitée afin d'introduire le scénario de Battle for Azeroth, la septième extension.

 En guise de récompense pour avoir participé à ce prélude de la guerre à venir, les personnages de l’Alliance recevront les rênes fumantes d’hippogriffe de Teldrassil, tandis que ceux de la Horde obtiendront les rênes de chauve-souris pestiférée de Fossoyeuse. En parallèle, de nouvelles expéditions sont disponibles à Sombrivage. Elles permettent "d’obtenir des objets très utiles pour votre nouveau personnage ou vos personnages secondaires".

Rappelons enfin que World of Warcraft : Battle for Azeroth sortira le 14 août prochain.

 Même s'il ne dispose à ce jour que d'une fenêtre plus que d'une date réelle de sortie, le prochain jeu Pokémon RPG, annoncé comme un RPG d'envergure à destination de la Nintendo Switch décale aujourd'hui officiellement son arrivée à la fin d'année 2019.

 Le titre était, en effet, programmé pour la seconde partie de l'année prochaine sans bien plus de précision de la part de Nintendo. Dans son dernier bilan financier trimestriel, la firme nipponne révise toutefois sa prévision et s'accorde donc un délai supplémentaire avant l'arrivée de ce que les fans envisagent déjà comme le jeu Pokémon de nouvelle génération. Habituée aux sorties en fin d'année, la licence ne devrait pas avoir beaucoup de mal à se remettre de ce léger report.

 Pour rappel, il sera possible de patienter grâce à Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli dont la sortie est toujours prévue le 21 novembre prochain sur Switch.

 Un mystère épais entoure encore, volontairement, l'exclusivité PS4 que nous prépare Hideo Kojima, notamment en ce qui concerne sa sortie. On en a néanmoins une petite idée, et les analystes s'avancent alors pour le décrire comme un titre cross-gen.

 Débutée fin 2015, la conception de Death Stranding suit son cours et les équipes de Kojima Productions ont encore semble-t-il encore un peu de pain sur la planche ; de plus, Kojima lui-même estimait en 2016 la sortie du jeu à 2019-2020 (un planning qui a largement pu évoluer, et pourrait très bien dépasser 2020). Autant d'éléments qui mènent Michael Pachter de Wedbush Securities à penser (comme rapporté par GamingBolt) que l'alléchant titre se situera entre deux générations, et se rendra disponible sur PS4 comme sur PS5. C'est en effet sur le même genre de période que la prochaine machine de Sony est attendue, et pourrait offrir à Death Stranding un petit "effet GTA V", comme on dit dans le milieu.

 Alors que les amateurs de chasse au monstre attendent avec impatience le 9 août, date de sortie de la version PC de Monster Hunter World, les développeurs de Capcom nous dévoilent un très joli chiffre. Celui-ci vient nous rappeler une nouvelle fois l'énorme succès de cet épisode.

 D'après les calculs de la firme nippone, ce ne sont pas moins de 8,3 millions de copies de Monster Hunter World qui ont trouvé preneur de par le monde. Cette donnée compte le nombre d'achats dématérialisés, plus le nombre d'exemplaires physiques expédiés aux revendeurs. Même si on se doute que ces derniers n'ont pas tous été écoulés, cela reste malgré tout une formidable performance pour Capcom.

 Malgré sa recette plus abordable que celle des opus précédents, Gran Turismo Sport n'aura pas su faire revenir la série de Polyphony Digital au niveau de ses grandes heures. Reste que le titre jouit d'un contenu conséquent et de mises à jour régulières qui en font une bonne simulation automobile.

 Pour terminer ce mois de juillet en beauté, c'est justement la version 1.23 qui vient d'être publiée sur PlayStation 4. L'ajout le plus important de cette dernière étant le Circuit de Sainte-Croixe, un tracé fictif qui peut être parcouru dans trois dispositions  différentes et notamment avec la AMG W08, le F1 de Lewis Hamilton qui fait également son entrée dans le garage. Enfin, le lancement des micro-transactions sera effectué le 2 août prochain et permettra d'obtenir pour quelques euros n'importe quelle voiture vendue moins de 2 millions de crédits dans le jeu. Même si cela veut dire que les véhicules les plus onéreux resteront à débloquer manuellement, il s'agit d'un ajout qui risque de déplaire à une partie du public...

Véhicules de cette mise à jour 1.23

  • Mercedes AMG F1 W08 EQ Power+ 2017 (Gr.X)
  • Mazda 787B ’91 (Gr.1)
  • Ford GT LM Spec II Test Car (Gr.3)
  • Ferrari 250 GTO CN.3729GT ’62 (Gr.X)
  • Honda S660 ’15 (N100)
  • Honda Beat ’91 (N100)
  • Daihatsu Copen Active Top ’02 (N100)

 Depuis le 26 juillet, le constructeur HORI commercialise au Japon des Joy-Con disposant d'une croix directionnelle, pour le plus grand plaisir des amateurs de versus fighting notamment. Ils vont également faire le voyage jusqu'aux États-Unis, où ils seront déclinés en deux modèles.

 Dès le 18 septembre, les joueurs américains pourront parer leur Nintendo Switch d'un Joy-Con gauche aux couleurs de Zelda ou de Mario, doté d'une croix directionnelle tout ce qu'il y a de plus classique. Des manettes conçues uniquement pour améliorer le confort de jeu en mode portable, puisqu'elles n'embarquent ni le Bluetooth, ni les vibrations HD ou le gyroscope. Un mal pour un bien, puisque le tarif ne sera que de 24,99 dollars le Joy-Con. Notez également qu'il n'y a pas de batterie dans ces Joy-Con, qui réduisent donc radicalement l'autonomie de la console, même lorsqu'elle est placée en mode veille, comme le rapporte IGN. Il ne reste plus qu'à espérer qu'HORI se décide à exporter ces modèles en Europe.

 Un an après la débâcle, plusieurs grands développeurs prennent des mesures. Après l'annonce d'absence de loot boxes dans Battlefield V notamment, voilà que Turn 10 organise la suppression du modèle polémique dans Forza Motorsport 7.

 C'est par un billet de blog publié aujourd'hui que l'entreprise américaine nous apprend cette nouvelle. Bien que les loot boxes s'achètent uniquement avec une monnaie acquise en jeu, elles ont créé une controverse de par leur fonctionnement même, aléatoire par nature. Les développeurs entendent mettre fin au débat en lançant un chantier qui devrait s'achever durant l'hiver, et qui débouchera sur la suppression de ces caisses. Pour l'heure, les voitures ont déjà été sorties des loot boxes, qui ne concernent plus que les tenues, badges et modifications, voués à changer de modèle à leur tour. Forza Horizon 4, à paraître le 2 octobre, ne contiendra ni loot boxes, ni jetons.

 La technologie anti-piratage Denuvo, qui s’est vite imposée dans l’industrie du jeu vidéo grâce à son efficacité, avait tout de même été piratée en août 2016 par un jeune hacker bulgare. Cela n’a pas franchement plu à Irdeto, la société-mère de Denuvo, qui est allée trouver la police bulgare dans l’idée de mettre fin aux agissements du dénommé Voksi.

 C’est ce que l’on appelle la loi de l’épée et du bouclier : pour se protéger d’une grosse épée, on construit un grand bouclier ; l’assaillant est donc obligé de construire une épée encore plus grosse, dont l’utilisation va demander au défenseur de créer un bouclier plus épais. C’est un cycle éternel dans lequel l’assaillant a toujours l’avantage, et c’est précisément ce qu’a appris Denuvo, lorsqu’en août 2016, un jeune pirate de 19 ans parvenait à contourner les protections de leur technologie anti-piratage. Implémenté dans de nombreuses grosses productions récentes (Battlefield 1, Doom, Assassin's Creed Origins...), Denuvo a rapidement séduit les éditeurs, car il permettait aux éditeurs de s’assurer de bonnes ventes lors des premières semaines de lancement de leurs jeux. Chez les joueurs, Denuvo était bien entendu moins populaire, puisque d’une part, le nombre de joueurs PC s’adonnant régulièrement au piratage est loin d’être négligeable ; d’autre part, il pouvait se montrer étonnamment gourmand, et causer des baisses de performance assez peu agréables.

Quoi qu’il en soit, la solution mise à jour par Voksi n’a pas plu à Irdeto, la société-mère de Denuvo, qui a enquêté sur le piratage en question, obtenant ainsi plusieurs informations qu’elle a ensuite communiquées à la brigade de cybercriminalité de Bulgarie, pays de résidence de Voksi. Et manifestement, ils ont réussi à le coincer puisque Irdeto a publié hier sur son site internet un communiqué annonçant que le criminel avait été appréhendé par les autorités bulgares. Suite à une perquisition, ses ordinateurs ainsi que plusieurs de ses objets lui ont été enlevés et son sort est désormais entre les mains d’un procureur.

Voksi s’est exprimé sur Reddit, confirmant la nouvelle à ceux qui s’étaient inquiétés de voir que REVOLT, son site internet, avait été débranché.

"C’est finalement arrivé, et je ne peux pas dire que je ne m’y attendais pas. Denuvo avait porté plainte contre moi auprès des autorités bulgares. La police est venue chez moi hier et a pris le PC de mon serveur, et mon PC personnel. J’ai dû les suivre et m’expliquer. Plus tard dans la journée, j’ai contacté Denuvo et je leur ai offert une résolution à l’amiable. Dans l’immédiat, ils ne peuvent encore rien dire évidemment, mais ils ont dit que le mot de la fin reviendrait au procureur chargé de mon affaire. Malheureusement, je ne pourrai plus faire ce que je faisais jusque là. J’ai fait ça pour vous tous, les gars, et bien sûr parce que des logiciels boursouflés ne devraient pas avoir leur place dans nos jeux. Peut-être qu’une autre personne pourra poursuivre mon combat."

Connue pour ses réseaux de hackers, la Bulgarie fait régulièrement l'actualité en la matière ; en 2017, quatre pirates bulgares avaient été arrêtés par les autorités françaises, pour des faits remontant à 2007. Ensemble, ils avaient réussi à pirater plusieurs distributeurs automatiques un peu partout en France, pour un préjudice estimé à plusieurs millions d'euros. Ils avaient écopé de peine de prison allant de trois à cinq ans, et de lourdes amendes, de 15 000 à 100 000 euros.

Météo

Bassin lémanique

17°C | 31°C

Ciel plutôt dégagé. Maximales : 31 ºC. Vents NE soufflant de 10 à 15 km/h.

Voir la météo de la région ...

Découvre les artistes