En dévoilant ses résultats financiers pour la période allant d'avril à décembre 2018, Square Enix a mis en lumière une baisse des ventes et des bénéfices vis-à-vis de l'année précédente.

 Au-delà de la baisse générale des ventes consolidée (-4,8%), la division en charge des jeux vidéo enregistre une baisse de 9,1% des ventes pour un montant d'1,2 milliard de dollars. De leurs côté, les bénéfices opérationnels ont eux diminué de 59,3%, pour un total en 2018 de 134,7 millions de dollars.

 Pourtant, Just Cause 4, Octopath Traveler et Shadow of the Tomb Raider ont obtenu des chiffres tout à fait satisfaisants, qui ne parviennent toutefois pas à compenser la baisse sur l'ensemble de la période. Cependant, c'est du côté des jeux à achats intégrés que l'entreprise n'a pas atteint ses objectifs, de la même manière que la hausse des coûts publicitaires, en lien avec la baisse des revenus, a participé à ces résultats. Par conséquent, Square Enix fixe son objectif au 31 mars à 2,46 milliards de dollars pour ce qui est des ventes, et à 1,6 milliard pour les bénéfices nets.

 

 Bonne nouvelle pour les nostalgiques des CRPG des années 90 - 2000 : les excellents jeux isométriques Donjons et Dragons iront visiter nos consoles de salon cette année.

 C'est une annonce surprise qu'effectue Skybound Games, décrivant sur son site un partenariat avec Beamdog, responsable des remasters de ces titres. On parle précisément de Baldur's Gate et sa récente extension Siege of Dragonspear, Baldur's Gate II, Icewind Dale, Planescape : Torment et Neverwinter Nights ; du très lourd en somme, même si les puristes doivent s'attendre à retrouver le bon et le moins bon des éditions "Enhanced" paresseuses. Cette liste de RPG à l'ancienne rejoindra plusieurs consoles au cours de cette année ; davantage de détails seront donnés au cours des mois à venir.

 Comme à son habitude, le studio Treyarch étoffe Call of Duty : Black Ops IIII d'une nouvelle update cette semaine, qui vient essentiellement mettre les joueurs PC et Xbox One à la page.

 Relativement modeste, la dernière mise à jour en date vient renouveler la liste des modes multijoueur à l'affiche, et corriger et équilibrer les différentes facettes du FPS en ligne. On notera surtout que le mode temporaire "Embuscade" du battle royale Blackout, qui offre uniquement aux participants des fusils de précision et des couteaux dans une zone se refermant constamment, devient disponible sur PC et Xbox One après l'habituelle exclusivité temporaire de Sony. De même, ces joueurs peuvent à leur tour redécouvrir la map IX du mode Zombies à travers le récent mode "Affrontement".

 C'est le calme avant la tempête, puisque les développeurs nous indiquent que nous obtiendrons la semaine prochaine des informations au sujet de la prochaine Opération, toute proche, qui promet de renouveler l'arsenal, les spécialistes ou encore la map battle royale.

 Square Enix l'a confirmé : dans la version physique Switch de Final Fantasy X / X-2 HD Remaster, seul Final Fantasy X sera proposé sur la cartouche ; un code de téléchargement sera inclus pour accéder au contenu de Final Fantasy X-2. C'est du moins ce qui est prévu en Europe et en Amérique du Nord. En Asie, le traitement sera différent.

 L'information a été partagée par le revendeur PlayAsia, spécialisé dans l'exportation de produits venant d'Asie : dans cette région du monde, la boîte de Final Fantasy X / X-2 HD embarquera deux cartouches, une pour chaque jeu. Une différence de traitement curieuse, mais quoi qu'il en soit, si vous souhaitez posséder ces deux jeux en physique sur Switch, vous avez désormais la possibilité de passer par la case importation. PlayAsia indique sur son site que la version asiatique de Final Fantasy X / X-2 HD est "multi-language", avec notamment la traduction anglaise embarquée.

 Tarifée à 49,99 €, la compilation remasterisée Final Fantasy X / X-2 HD sera disponible dès le 16 avril prochain sur Switch, mais également sur Xbox One.

 Fervent défenseur d'une expérience de jeu sans frontière, Microsoft va faire un nouveau pas en faveur du cross-platform. Lors de la Game Developers Conference 2019 (GDC), qui se tiendra du 18 au 23 mars, le constructeur américain présentera un nouveau kit de développement multiplateforme.

 L'information a été partagée sur le site internet de la GDC. Microsoft y décrit ses plans futurs concernant le Xbox Live, service de jeu en ligne qui réunit 64 millions d'utilisateurs actifs (chiffres arrêtés au 31 décembre 2018). La firme américaine prévoit ainsi de sortir un nouveau kit de développement (SDK), capable de connecter les joueurs iOS, Android et Nintendo Switch, en plus des joueurs PC (via le Microsoft Store) et Xbox One. L'objectif est de faire tomber les barrières entre ces différentes plateformes : avec cet outil, les développeurs qui le souhaitent pourront facilement rendre leurs jeux compatibles cross-platform (les utilisateurs de différentes plateformes pourront jouer ensemble), tout en profitant du Xbox Live et de ses services (succès, liste d'amis, clubs...). Autre avantage : le cross-save, soit le fait de pouvoir conserver sa progression sur un compte Microsoft et migrer librement entre les différentes plateformes de jeu tout en ayant accès à sa sauvegarde, à la manière de Fortnite.

En juillet dernier, Mike Ybarra (vice-président de Xbox), affichait sa volonté de généraliser ce système de cross-save. Actuellement, le Xbox Live est uniquement proposé sur les productions Microsoft telles que Minecraft, jouable sur Switch, iOS et Android avec un compte Microsoft.

 

 Après la PS4 l'été dernier, au tour du PC d'accueillir Metal Slug XX, version améliorée de Metal Slug 7, initialement paru sur Nintendo DS. Le run'n gun de SNK repart en mission, avec la promesse de graphismes augmentés en 1080p et compatibles avec les écrans 4K, mais le résultat n'est visiblement pas à la hauteur des promesses.

 Sur Steam, Metal Slug XX est bombardé d'avis négatifs. Le jeu n'est globalement pas visé en tant que tel, mais plutôt la qualité du portage, loin d'être adapté aux PC. Il est en effet impossible de paramétrer les commandes au clavier, sachant celles de base sont loin d'être intuitives. Il n'y a pas non plus d'options pour régler les paramètres vidéo, un comble quand la page Steam du jeu met en avant sa compatibilité 4K. D'autres joueurs soulignent également un "input lag" (décrit l'écart entre les actions du joueur et leur affichage à l'écran) nuisant à l'expérience de jeu. Vous êtes désormais prévenus si vous comptez (re)découvrir ce run'n gun 2D.  Rappelons qu'il embarque sept soldats jouables, dont Leona Heidern, qui fut proposée en DLC payant sur la version PSP de Metal Slug XX. Le jeu est proposé au tarif de 16,99€ sur Steam.

 Aujourd'hui, Nintendo profite de son échange trimestriel avec les investisseurs pour annoncer un titre mobile supplémentaire : Dr. Mario World.

 Tandis que les téléchargements et microtransactions de Fire Emblem Heroes et de Dragalia Lost vont bon train, et qu'approche Mario Kart Tour, le constructeur et éditeur japonais présente une nouvelle manière de développer sa division mobile. Il fait bien sûr appel à sa mascotte moustachue, qui enfile de nouveau sa blouse et son stéthoscope avec Dr. Mario World. La firme s'associe à un nouveau partenaire, le tokyoïte LINE Corporation, pour publier au début de l'été, sur les mobiles d'une soixantaine de territoires, ce puzzle-game au format free-to-play. Les détails de gameplay n'ont pas encore été partagés.

 

 Issue d’une annonce moquée aussi bien par les joueurs que par la concurrence, la Xbox One a mené une vie pleine de rebondissements. Rendez-vous compte, entre son annonce en mai 2013 et sa sortie au mois de novembre de la même année, elle a connu le départ de son papa Don Mattrick et a été contrainte de revoir en urgence sa politique. Adieu le tout connecté et le système de licences rendant compliqué la revente des jeux, la Xbox One sera finalement une console comme les autres. Aujourd’hui, la prochaine génération de consoles se dessine, et Microsoft ne souhaite sûrement pas connaître de nouveau les affres d’un lancement raté. Depuis quelques mois, plusieurs rumeurs circulent au sujet de la remplaçante de la One X. Nous revenons sur ces indiscrétions afin de vous indiquer si nous croyons ou non à ce qui a été écrit sur cette fameuse nouvelle génération de Xbox.

 "L'équipe qui était en charge de la Xbox One X est à fond dans l'architecture de la prochaine console Xbox, qui nous permettra de tenir notre engagement de livrer la référence en matière de consoles de jeux. Phil Spencer, E3 2018"

Une fois nommé à la tête de la division Gaming chez Microsoft, Phil Spencer s’est appliqué à redonner du souffle à son département. Aujourd’hui, Microsoft a acheté sept nouveaux studios dont Mojang, Playground Games, Ninja Theory, Obsidian, et a fondé The Initiative. Comme annoncé directement pendant la conférence Xbox du dernier E3, les équipes préparent la suite. Du côté des informations officielles, nous savons que ce sont les équipes derrière la One X qui sont en train de concevoir la prochaine génération de Xbox. Mais du côté de l’officieux, qu’est-ce que nous cache le futur de Xbox ?

Les spécificités graphiques

La rumeur : à l’instar de la Xbox One S et de la Xbox One X, Microsoft aurait pour ambition de sortir deux nouvelles consoles de puissance différente. Il y aurait la "Lockhart", la version d’entrée de gamme de la prochaine console, et "l’Anaconda", une machine plus onéreuse mais aussi plus puissante.

La source : Brad Sams (Thurrott).

Notre avis : selon l’insider souvent bien informé Brad Adams, Microsoft voudrait gagner la bataille de la puissance. La mémoire actuelle des gros GPU PC étant autour des 10 Go de mémoire GDDR6 (Carte Ti et Titan chez NVIDIA), 12 Go de mémoire GDDR6 unifiée parait cohérent. Ramené à l’univers PC, cela peut sembler limite pour un couple CPU/GPU, mais il faut rappeler que sur PC, l’OS (qui est dans 9 cas sur 10 Windows) occupe 4 Go en RAM juste au démarrage. Ce n’est pas le cas des OS Consoles, qui sont recentrés sur des applications spécifiques (jeux, médias). Même si l’on part de comparaisons empiriques, 12 Go de GDDR6 paraissent logiques et collent aux standards actuels.

À propos du CPU, là encore, les spécifications ne semblent pas étonnants si l’on considère les timings de développements AMD. La marque avait annoncé avoir produit ses premiers échantillons en architecture Zen 2 en novembre dernier. On s’attend actuellement à ce que les premiers éléments de commercialisation côté PC arrivent en juin, en ligne avec le salon Computex. Il est donc logique que des consoles prévues pour 2020 se reposent sur cette architecture. Pour ce qui est des specs à proprement parler, on peut s’étonner d’une même configuration de cœurs sur deux machines différentes en termes de puissance graphique. C’est peut-être lié à des économies d’échelle (un seul produit à développer et à produire au lieu de 2/3 déclinaisons), ou à des besoins encore non énoncés, sur Microsoft AI, ou sur un service de cloud gaming.

Concernant le GPU : Si les chiffres sont exacts, il serait présomptueux de reléguer la Lockhart à une simple « box de streaming ». 4 Tflops, c’est la puissance graphique de la PS4 Pro, ce qui n’est déjà pas si mal. Derrière, l’utilisation de l’architecture Navi paraît logique au vu des échéances d’AMD. Côté PC, les premières cartes reposant sur Navi sont attendues pour 2019. En revanche, nous restons assez perplexes sur la mention de DirectX Ray Tracing. Déjà, il faut comprendre que DXR est une branche intégrée à DirectX 12, qui est l’API de développement actuelle des Xbox. Le fait que DXR puisse être supportée est donc logique. La vraie question est surtout : les calculs induits par l’utilisation de DXR pourront-ils être accélérés matériellement par la console, ou en l’occurrence, par l’architecture NAVI. Sur ce sujet, deux choses : la dernière architecture Turing de NVIDIA propose une accélération matérielle des calculs liés au rendu ray tracing, et on constate malgré cela un coût en framerate important. Sans accélération matérielle, le coût n’aurait plus rien de rationnel, et ramènerait un éventuel support de DXR à une simple appellation marketing. Également, David Wang, SVP d’AMD, expliquait en novembre dernier lors de l’événement next Horizon que sa firme aurait des propositions à faire vis-à-vis de DXR, mais dans le même temps, il considérait que l’adoption du ray tracing dans les jeux serait longue, et que ce n’est donc pas forcément une priorité pour AMD aujourd’hui. Il précisait là ses opinions, et tentait sans doute de tempérer l’intérêt de DXR qui venait d’arriver sur les cartes NVIDIA concurrentes. Mais cela montre que le sujet reste assez flou chez AMD.

Le fait que Microsoft semble prévoir deux modèles au lancement n’est pas inédit. La Xbox 360 avait proposé le jour de son lancement deux versions de sa console, une d’entrée de gamme sans disque dur (Xbox 360 Arcade) et une avec le fameux espace de stockage intégré (Xbox 360 Premium).

L’espace de stockage

La rumeur : Au moins un des prochains modèles de Xbox devrait être équipé d’un SSD NVMe 1 To @ 1 Go/s en ce qui concerne l’espace de stockage. La source : hmqq du forum ResetEra.

Notre avis : Le passage au SSD semble plus que salutaire pour le confort des joueurs. Après, passer par une interface NVMe plutôt que SATA, pourquoi pas. Il y a un vrai gain de vitesse, et d’expérience utilisateur, mais un support SATA nous paraît plus rationnel pour des consoles qui veulent rester sous les 500€. À titre informatif, tous les SSD reposent sur la même technologie au niveau du stockage. La mention NVMe / SATA traduit une différence en termes d’interface de communication. En SATA, la bande passante disponible pour transférer les informations de l’unité de stockage à la carte mère (et inversement) est limitée à 550MB/sec. Cela peut être un facteur limitant dans le fonctionnement du système de stockage. Avec l’interface NVMe, nous sommes sur une communication de type PCI Express avec une bande passante théorique poussée à 3500MB/sec. En pratique, on peut avoir des SSD NVMe jusqu’à 4 x plus rapides que des SSD SATA.

La politique et les services

La rumeur : Microsoft viserait une démocratisation du 60 images par seconde pour des jeux en résolution 4K. La société réfléchirait également à étendre le "Xbox All Access", ce service permettant d’avoir une Xbox en plus d’un abonnement Xbox Live en échange d’une somme versée tous les mois pendant une période déterminée, à la manière des forfaits téléphoniques. Enfin, le projet xCloud serait la pierre angulaire dans la politique de la firme américaine pour les années à venir. Il faut reconnaître qu’elle n’est pas la seule sur le créneau, puisqu'on y trouve des sociétés comme Google, Amazon, voire Apple. Cette technologie permet de se connecter et de jouer à des jeux en streaming sur un smartphone, une tablette, ou une console de jeux, à condition d'avoir la bande-passante qui convient. Cette technologie sera en bêta test en 2019, pour une sortie prévue en 2020. Microsoft devrait continuer à développer son offre Game Pass afin d’inciter les utilisateurs à rejoindre ce Netflix du jeu vidéo. La source : diverses déclarations des exécutifs de Microsoft

Notre avis : Microsoft viserait la démocratisation du 60fps pour du contenu en 4K, à l’image de ce que la One X a commencé à faire. Microsoft a également insisté sur la nécessité des services dans sa politique Gaming. Les petites phrases dénichées lors des interviews amènent à penser que oui, le Xbox All Access pourrait permettre de se procurer la nouvelle génération de Xbox contre un abonnement mensuel, et que oui, le streaming sera au centre des discussions pour la prochaine génération. Il faut reconnaître que Microsoft est particulièrement bien armé dans cette guerre du Cloud qui s’annonce. Son arme principale se nomme Azure, un Cloud accessible dans plus de 140 pays.

Les jeux Xbox sur Nintendo Switch ?

La rumeur : le service xCloud de Microsoft serait envisagé sur Nintendo Switch. Il permettrait ainsi aux possesseurs de la console de Nintendo de jouer aux jeux Xbox en streaming, de la même manière que Capcom donne la possibilité de jouer à Resident Evil VII sur Switch grâce au Cloud, au Japon. La source : Mike Ybarra (Microsoft) au micro de Gameblog.

Notre avis : même si cette rumeur aurait tout son sens au sein de la philosophie actuelle de Microsoft qui est de proposer des jeux peu importe le support, elle se heurte à la politique de Nintendo. Il faudrait en effet que la société japonaise autorise le xCloud, ce qui sous-entend qu’elle accepte que les joueurs de Switch ne dépensent pas intégralement leur argent dans l’eShop. Des négociations restent néanmoins envisageables, d’autant plus que l’entente entre les deux sociétés paraissent au beau fixe. Cette rumeur est récemment revenue sur le devant de la scène à cause d’une interprétation plutôt libre d’un titre de conférence ayant pour sujet le Xbox Live, à venir lors de la GDC 2019 : "Xbox Live: Growing & engaging your gaming community across iOS, Android, Switch, Xbox, and PC".

La possibilité de "transformer" ses disques de jeu en versions numériques

La rumeur : un programme "du disque au numérique" serait à l’étude chez Microsoft afin de préparer l’arrivée de modèles de Xbox sans lecteur de disques. L’idée serait qu’un utilisateur pourrait amener ses jeux qu’il possède en Blu-ray à un magasin participant à l’opération dans le but de l’échanger contre une version numérique (via un code, ou directement ajouté à son compte). La source : Brad Sams (Thurrott)

Notre avis : voici une rumeur intéressante à propos d’une idée qui pourrait paraître saugrenue, voire cynique. Le joueur pourrait ramener à son revendeur des jeux en version physique pour repartir avec une version numérique, cette même version qui a déjà causé du tort aux boutiques spécialisées. Si Microsoft peut compter sur ses Microsoft Store aux Etats-Unis dans le but de permettre cet échange, cela n’est pas le cas en France où la franchise n’existe pas. De notre point de vue, il serait difficile de voir ce programme arriver dans nos contrées.

De prochaines acquisitions de studios

La rumeur : Microsoft a fait ses courses en 2018 en achetant six nouveaux studios de développement de jeux et en fondant The Initiative. La firme s’est assurée des services de Playground Games, Undead Labs, Ninja Theory, Compulsion Games, Obsidian et inXile. Microsoft devrait continuer à investir dans l’acquisition de nouveaux studios, comme Phil Spencer l’a sous-entendu lors d’un récent podcast. Plusieurs noms reviennent ces derniers mois, comme IO Interactive et Ready At Dawn. La source : Klobrille (un "insider" Xbox).

Notre avis : Microsoft va continuer d’acheter des studios capables de produire régulièrement du contenu afin d’assurer des sorties régulières sur la prochaine Xbox. Le Game Pass oblige Microsoft à s’assurer du contenu exclusif afin d’augmenter son nombre d’abonnés. En ce qui concerne IO Interactive et Ready At Dawn, les deux studios correspondent à ce que Microsoft recherche. La firme de Redmond répète néanmoins que 2019 sera chargée d’annonces pour les joueurs PC. C’est pourquoi nous verrions bien l’achat d’un autre studio habitué au public jouant sur ce support, à l’instar d’inXile.

La date de sortie

La rumeur : la prochaine génération de Xbox sortirait à la fin de l’année 2020. La source : Brad Sams (Thurrott).

Notre avis : cette date nous semble en total accord avec nos propres sources, elle nous paraît donc totalement probable. Microsoft devrait dévoiler la prochaine génération de Xbox à l’E3 2019, profitant de l’absence de Sony pour attirer toute l’attention.

Les choses bougent chez Microsoft, et 2019 devrait être une année riche en annonces aussi bien du côté software que hardware. La rétrocompatibilité quasiment assurée de la prochaine Xbox avec les jeux et peut-être même les accessoires Xbox One pourrait avoir son importance dans la guerre de la communication, surtout si Sony ne propose rien d’équivalent avec sa PS5. Il restera à vérifier une autre grande inconnue dans la future politique de Microsoft, en la présence ou non d’une compatibilité avec un casque de réalité virtuelle. Selon les rumeurs, il est possible que nous ayons plus d’informations à l’occasion de la GDC 2019 qui se déroulera du 18 au 22 mars 2019. Après tout, Bill Gates avait bien profité de la GDC 2000 pour révéler le prototype de la première Xbox.

 Selon un rapport publié par Nikkei, suivant la publication des résultats financiers de Nintendo, la Nintendo Switch pourrait bien voir une version lite d'elle-même arriver en 2019.

 Cette dernière coûterait moins cher, du fait de la suppression de certaines fonctionnalités, ce qui aurait de plus l'avantage d'améliorer l'autonomie de la console en mode portable. Le but serait donc bien de proposer une version allégée, à destination de ceux désirant surtout l'utiliser en mode portable.

 Ainsi, on peut se poser la question de la présence du dock dans la boîte. Malheureusement, Nintendo ne souhaite pas évoquer ses projets pour le moment, tout ceci ne reste que prévisions et supputations. De plus, Nikkei estime également que Nintendo s'apprête à lancer un service en ligne "Premium", plus cher donc, dans le courant de l'année.

 Licence très fortement liée au speedrun, Resident Evil continue de générer records et performances, notamment lors de l'AGDQ. Aujourd'hui, nous allons parler de CarcinogenSDA, qui a terminé le jeu sans se faire toucher, et en hardcore.

 Le speedrunner est déjà connu sur la scène Resident Evil, et sa performance sur Resident Evil VII a été notable lors de l'AGDQ 2018. Sur Resident Evil 2 (2019), il est parvenu au bout du jeu dans le scénario de Léon en deux heures et cinquante-six minutes sans subir le moindre dégât de la part des ennemis. Ce qui rend la performance particulièrement intéressante est le fait que l'auteur dispense de nombreux commentaires sur sa manière de parvenir à ce résultat. Ainsi il explique comment il utilise les portes et les fenêtres, sa manière de neutraliser les zombies gênants, sans oublier la gestion de l'inventaire.

 Le week-end dernier, Anthem a tenu son premier week-end de bêta/démo, avec un résultat ayant conduit BioWare à s'excuser tout en relevant les différents points à améliorer. Mais la démo a également été l'occasion de recevoir les avis des joueurs sur certains éléments de gameplay.

 C'est notamment le cas des déplacements dans Fort Tarsis, qui ne devait pas permettre la course en son sein. Selon Mark Darrah, producteur exécutif du jeu, il s'agissait de faire contraster la puissance et la vitesse du joueur à l'extérieur avec la faiblesse de ce dernier hors de son armure. Cela n'a visiblement pas convaincu les joueurs, incitant BioWare à revoir sa copie. Par conséquent, il sera bel et bien possible de sprinter dans le fort au lancement du titre, ce qui devrait contenter les joueurs gênés par la restriction initiale. Pour rappel, une démo ouverte à tous sera disponible ce week-end, du 1er au 3 février.

Météo
Découvre les artistes